Vie du campus

Trackers: de passage dans l’art du futur

Fan de vibrations, de sons et trompe-l’œil, tu t’écries « trop stylé» devant les nouvelles technologies ? Geek-computer-freak, tu cherches une atmosphère high-tech pour jouer en réseau ? Ouverture au monde et curiosité intellectuelle sont tes qualités clefs, sciences-piste, tu t’intéresses aux nouvelles formes d’expression artistique ? La Gaîté lyrique est un des rares endroits de Paris où vous vous croiserez, car tel est son premier commandement : être un lieu où les esprits se rencontrent pour interagir, apprendre et créer.

trackers

A cette liste de fidèles ajoutons le promeneur romantique abusé, à la recherche du rire bruyant d’un public enivré, de la fumée réverbérant l’éclairage pailleté du vieux Théâtre de la Gaîté lyrique, où se donnait l’opérette au temps de Jacques Offenbach. Son enthousiasme ne survivra pas la porte d’entrée de ce nouveau centre pour l’art numérique et les musiques nouvelles. Mort l’espoir de la machine à remonter le temps, la Gaîté te propulse dans la prochaine dimension. Bienvenue dans le monde du futur. « Un système de poupées russes » : ainsi qualifie l’architecte Manuelle Gautrand son plan pour la restauration du théâtre de la Gaîté lyrique en 2010. L’intérieur a effectivement été aménagé en salles rectangulaires qui s’empilent et s’emboîtent pour créer un espace multidimensionnel et décalé. Murs blancs, lignes épurées, espaces ouverts, le visiteur franchit le hall d’entrée avec réserve et prudence, voire une pointe d’angoisse. Il n’en est pas pour longtemps, l’épreuve de l’exposition temporaire plonge dans l’univers du numérique ceux qui s’y laissent entrainés.

Cette fois-ci, l’anxiété est prolongée par Trackers, installation de Rafael Lozano-Hemmer, artiste mexicain vivant à Montréal. L’ambiance sombre et glaciale vous pèse. Un gigantesque œil humain rougi détecte votre présence, vous observe et vous suit dans votre mouvement. A droite, les ombres d’autres visiteurs sont analysées, pour faire correspondre à leur forme une fréquence radio et à leur taille, une intensité. Ca grésille. A gauche, par terre, des expressions, résultats de l’entrée « détection » sur un moteur de recherche, défilent. Vous êtes rodés. N’ayez pas peur, vous vous prêterez bientôt au jeu. Vous vous sentez déjà plus à l’aise dans la « petite salle » où des spots se meuvent dans l’obscurité, avec l’impression qu’ils vous fuient. Ici se produit un premier déclic. Au lieu de rester tranquilles, vous essayez de vous placer au centre d’un spot, qui se décale alors et refuse que vous restiez à la lumière des projecteurs. En peu de temps vous vous trouvez à pourchasser le spot pour qu’il vous éclaire. La surveillance n’est plus une crainte, mais un jeu. Ceci n’est pas sans provoquer un léger sentiment de malaise, les projecteurs rappelant ceux des Américains qui traquent les immigrés illégaux à la frontière.

Prochain stade, un écran avec une multitude de verbes se dresse devant vous. A votre arrivée, un verbe en remplace un autre et ceux qui sont dans votre ombre changent à toute vitesse. Vous prenez un air fier et levez les bras, les verbes sous votre commandement. Vous dirigez l’orchestre des actions humaines et la transformation s’est opérée : les Trackers, c’est vous. Une dernière étape tente de vous extraire de cet univers malsain de la surveillance. Un miroir vous montre tel que vous êtes et vos yeux, abruptement, brulent et s’élèvent en fumée. Mise en garde : le voyeurisme vous crèvera les yeux. Mais vous recommencez. Voir si ça marche dans toutes les positions, essayer de défier le miroir en se cachant un œil est beaucoup trop drôle pour percevoir la violence du message. D’autant plus que les prouesses techniques de l’installation vous émerveillent. La suite de l’exposition vous flatte dans votre nouvelle qualité de « Big Brother ». L’art du futur s’impose à vous, vous englobe et vous plonge dans son univers. Et voilà le rite d’initiation à la Gaîté lyrique accompli.

Allez faire un tour dans le monde du numérique, qui vous deviendra familier. A toute heure de la journée, visiteurs gais et lyriques se retrouvent pour jouer à des jeux vidéo, consulter les ordinateurs ou la bibliothèque du centre de ressources ou boire un verre au Foyer, dernier vestige de l’ancien théâtre. Centre pour l’innovation, la Gaîté lyrique bouillonne d’activités : expositions, conférences, concerts. Tremplin pour jeunes artistes, des salles d’enregistrement les aident à produire leur musique et la Gaîté se charge de les faire connaître.

Spécificité du futur : le concept de la boîte, reflet du nouvel état d’esprit. Le mobilier se résume, en effet, à des boîtes, dans lesquelles on trouve un fauteuil et un ordinateur. Le futur est individualiste : chaque boîte est prévue pour s’isoler devant un écran, pour le confort personnel de l’usager. Le futur est utilitariste : les boîtes sont rectangulaires et simples, multifonctionnelles et adaptables à tous les espaces. Le futur refuse l’immobilisme : les boîtes se déplacent grâce à des roulettes. Ambiance idéale dans ce temple du numérique, suspendu hors du temps et de l’espace, où tout est à portée de main et la technologie est omniprésente. Science-fiction devenue réalité ?

La Gaîté lyrique, 3 bis rue Papin, 75003 Paris
Métro : Réaumur-Sébastopol, Arts et métiers, Strasbourg Saint-Denis

Expo Trackers jusqu’au dimanche 13 novembre.
14h à 20h du mardi au samedi et 14h à 18h le dimanche
Tarif étudiant : 5 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.