Starbucks, le partenariat gagnant du BDE

Le Starbucks Odéon. Photographie : Amal Ibraymi
Le Starbucks Odéon. Photographie : Amal Ibraymi

Les petits gobelets blancs et verts de la célèbre marque de Seattle remplissent désormais notre école. Le soutien apporté par le Starbucks Odéon au BDE, à la fois lors de la campagne électorale en avril dernier, et depuis la rentrée, en a fait un partenaire devenu incontournable pour les étudiants, contents de pouvoir consommer un frappuccino entre un cours d’éco et un cours de judo. Un partenariat qui a même récemment été évoqué dans un article du Figaro.

C’est François Mahé, membre du BDE, qui a mené les négociations avec le gérant du Starbucks Odéon, pour parvenir à ce partenariat avantageux à la fois pour l’enseigne, et pour le BDE. « Un travail de marchand de tapis », qui semble avoir participé à la victoire de la liste Van7. La publication annonçant ce partenariat unique a en tout cas été likée par plus 218 personnes.

 

La stratégie gagnante de Van7

Donnez au peuple du pain et des jeux, divertissez le et nourrissez le, et vous n’aurez plus de crainte à avoir des révolutions. Cette leçon semble avoir inspiré le BDE, et participé à la victoire de la liste « Van7 » l’année dernière car, comme l’affirme François, « tu les nourris et ils votent pour toi ».

Pendant la campagne, près de 60 litres de café étaient acheminés chaque jour jusqu’à Sciences Po, pour le plus grand bonheur des fêtards de la veille, redevenus étudiants l’espace d’une journée. En 20 minutes seulement, le stock de café était écoulé, preuve de l’intérêt, mais également de la très belle réussite de cette campagne pas seulement élective, mais également marketing.

 Comme nous l’explique François, certains membres avaient déjà démarché la plupart des commerces aux alentours de Sciences Po, prisés des jeunes, et susceptibles d’être intéressés par un partenariat avec les étudiants. Starbucks a bien évidemment été démarché, mais n’avait dans un premier temps pas donné suite à la requête. François, a ressayé, de manière cette fois plus fructueuse.

 « J’y suis allé au culot, j’ai demandé à voir le patron de starbucks. Il est allé chercher le gérant. On va toquer à une porte, on pensait que ça ne répondrait jamais et finalement ça a fonctionné ». Les négociations ont alors pu commencer. L’entreprise, naturellement, était prête à proposer des offres aux étudiants, mais à la seule condition qu’elle ne soit pas perdante, et pour cela elle devait avoir l’assurance que les sciencespistes viendrait y consommer. Finalement, la publicité est entrée en jeu, et le logo Starbucks accompagne tous les visuels du BDE, aux côtés de la Caisse d’Epargne ou de la SMEREP.

 

Un partenariat local, mais durable

 Starbucks Odéon est une franchise de la marque américaine ce qui, comme le rappelle Francois, a facilité les négociations, puisqu’il a pu négocier directement avec Adil, gérant du magasin et d’une dizaine d’autres Starbucks dans Paris. Le partenariat du BDE est simple : sur présentation de la carte d’étudiant SciencesPo, les sciencepistes ont le droit à une Boisson taille Venti et une Pâtisserie pour 5€40 (soit une économie de 4€). De plus, pour le prix d’une boisson taille Tall, vous avez droit à une grande boisson et pour le prix d’une grande boisson, vous avez droit à une taille Venti.

L’emplacement stratégique du Starbucks Odéon, à moins de dix minutes de Sciences Po et du resto U en fait donc l’ami incontournable de tous ceux qui souhaitent, entre deux cours, savourer entre amis un frappuccinno fraise ou vanille.  La publicité accrue du BDE a participé à la notoriété du Starbucks, puisque d’après le Starbucks Odéon,  dès les trois premiers jours après le lancement de l’offre, près de 70 sciencespistes s’y sont rendus.

Il convient toutefois de souligner que ce partenariat n’est pas en accord avec Starbucks France, mais avec une franchise, et c’est cette coopération à petite échelle qui finalement se révèle la plus efficace et la plus durable.

François Mahé du BDE qui a négocié le partenariat. Le Starbucks Odéon. Photographie : Amal Ibraymi
François Mahé du BDE derrière le comptoir du Starbucks Odéon. Photographie : Amal Ibraymi

 

Les étudiants au coeur de la stratégie marketing

 Ce partenariat met en avant un nouveau marché à séduire pour les grandes firmes: les étudiants. Finie l’époque où les étudiants étaient considérés comme « pauvres » et exclus, en raison de leurs faible pouvoir d’achat, des études marketing des grandes entreprises. Ils sont au contraire devenus des clients potentiels qu’il faut séduire.

 Comme le résume Antoine Lhermenault, journaliste au Figaro Etudiant: « selon les derniers chiffres d’Aramark, une société de service spécialisée entre autres dans la restauration et avec laquelle travaille étroitement la compagnie Starbucks, la proportion de ventes de café pur sur les ventes totales atteint 18% chez les étudiants, contre seulement 9% chez l’ensemble des clients », preuve de la nécessité pour Starbucks de séduire et fidéliser à tout prix cette clientèle.

Le géant du café, qui recense près de 11 500 points de vente, optimise sa stratégie marketing en ciblant plus précisément ses consommateurs, et se lance à l’assaut des étudiants, réputés pour leur très forte consommation de caféïne, entre les cours et les partiels ou le travail en bibliothèque. Si l’entreprise n’a jamais négligé cette clientèle intéressante et rentable, elle s’engage désormais dans une nouvelle stratégie commerciale. Aux Etats-Unis aujourd’hui, sur 4 700 universités, 300 sont équipées d’un “coffee lounge” Starbucks. De plus, « pour accélerer le pas, Starbucks change de stratégie et prévoit désormais d’envoyer des camions, aux allures de boutiques ambulantes, directement sur les campus » explique Antoine Lhermenault.

 A quand un food truck géant Starbucks dans la cour du 56 rue des St Pères ?

6 réflexions au sujet de “Starbucks, le partenariat gagnant du BDE”

Répondre à Victor Annuler la réponse