Vie du campus

Soirée soviétique et gratuite : « Back in the USSR »

Dans l’optique de soirées alternatives (entrée gratuite, consos à prix négocié), LaPeniche.net et RSP.fm a souhaité inviter l’association SAMOVAR pour retrouver l’ambiance des fêtes à Moscou et de Berlin Est ! Sortez vos chapkas , le mercredi 25 avril dés 21h : BACK IN THE USSR!

Le lieu lieu a été choisi avec soin. C’est à Pigalle (il va falloir traverser au nez et à la barbe de la douane la rive gauche vers la rive droite; néanmoins à 12 minutes de Sciences Po par la ligne 12 affrétée par les américains) que se dresse fièrement le discret et cosy Kitch’up – Cockney Tavern (39, bd de clichy, metro Pigalle) , le lieu que l’on se passe avec du bouche à oreille.

Descriptions des lieux incroyables pour une soirée qui promet beaucoup :

  • Cockney tavern :

Au rez de chaussée, ancien pub irlandais banal complètement réaménagé design ! les djs RSP seront surélevés (avec un mix directement importé de l’autre coté du rideau de fer), c’est là qu’on va danser, bouger, boire, sous les néons violets et la boule à facette.

  • Le Kitch’Up :

A l’étage, montez l’escalier en colimaçon au fond à droite, c’est le genre de lieu qui fait déjà fureur à Barcelone ou Berlin : un appartement cosy entièrement meublé (kitch d’où le nom), avec canapés moelleux et lustres 60s… ! Loungez, papotez, dansez sur les tables et surtout : amusez-vous comme à la maison !

27 Comments

  • lol

    Ce qui était au centre de la question c’était: l’URSS offre-t-elle un corpus idéologique et culturel suffisant pour servir de prétexte à une grosse soirée?…..OUI: vodka, uniforme, chapka à étoile, t shirt rouges, et en avant tovaritch

    RSP s’en est elle servie pour réussir sa soirée?…je ne crois pas (autre débat, je ne suis pas resté longtemps…)

    évidemment qu’on répond hors sujet. Si tu veux faire une soirée IIIe Reich, je te prends sans les mains et je sors mon blouson en cuir, vu que de toute façon ce n’est qu’un prétexte complêtement idiot pour faire une fête….mais bizarrement elle risque d’être moins bien acceptée…c’est peut-être que confondre les deux totalitarismes, et les deux idéologies est un peu…..simple. Ou que la France est gangrenee par le communisme ^^

  • eh beh....

    petit message à tous ceux qui se sont offusqués du thème de la soirée: je partage mille fois votre avis, mais visiblement la lutte est vaine….s’ils veulent tant vénérer leur glorieuse URSS (et "l’héritage festif du marxisme léninisme des origines", j’en ai encore mal au bide tellement cette ineptie m’a fait rire), c’est leur Problème, et je pèse le mot "problème". Ne cautionnons pas, faisons-le savoir et n’y allons pas, polémiquer plus en avant ne servira à rien, de toute façon les défenseurs du thème ne répondent qu’en hors sujet :un se sert des Beatles, l’autre de Desproges, personne de Lénine, Marx ou Staline, voire Krouchtchev, qui sont tout de même le centre de la question. Peine perdue. Nonobstant, à ceux qui soutiennent l’initiative, passez une bonne soirée, mais remerciez le ciel de ne pas être né en URSS.

  • Arthur

    "Ni URSS, ni IIIe Reich. La démocratie, un point c’est tout."
    Comme le faisait remarquer Desproges, la démocratie, c’est la victoire de Belmondo sur Fellini.

    Ce soir, la fête sera placée sous le signe d’Eisenstein. Venez nombreux!

  • un des participants

    Démocratie, démocratie…..si on avait renommé la soirée "Back to Athens" cela aurait prêté à confusion, sans compter qu’on a déja fait une soirée Jean Monnet…Cette soirée ne sert que de prétexte pour honorer l’héritage festif du marxisme-léninisme des origines, et ses corollaires musicaux de Liverpool, pas ses dérives grises et bétonnées…

    Un peu d’autodérision et de recul, tovaritch. Le meilleur moyen de mettre toute cette grisaille derrière nous demeure encore de la noyer dans la musique et la bonne humeur. Cela ne rendra pas la Karl Marx Allee plus gaie, mais au moins on aura essayé ^^

  • une des organisatrices

    "parce que Berlin Est de 1945 à 1989 était aussi glauque que le ghetto de Varsovie".
    pour avoir eu des membres de ma famille dans les deux, je peux te dire que les uns sont morts, et pas les autres. du moins pas prématurément.
    ensuite, l’URSS, c’est presque 70 ans de l’histoire de la Russie. on ne peut pas rejeter presque un siècle de l’histoire d’un pays, et ce n’est pas glorifier un régime totalitaire que d’évoquer cette période.

  • Lamentable

    C’est proprement scandaleux cette soirée, j’espère que vous verserez quand même une petite larme pour tous ceux qui ont été rééduqués par le travail au Goulag… Parce que Berlin Est de 1945 à 1989 était aussi glauque que le ghetto de Varsovie. Sous le totalitarisme on ne fait pas de fêtes.

    On attend les prochaines teufs "Auschiwtz party", "Le rêve khmer", "Rwanda 1993" .

    Vous faites juste honte à la démocratie et au combat antitotalitaire de nombreux militants politiques français et dissidents russes.

    Ni URSS, ni IIIe Reich. La démocratie, un point c’est tout.

  • Pierre

    je crois qu’il n’aurait souhaité qu’une seule chose. Une chose belle, digne, forte. Une chose qui élèverait l’esprit des gens vers des hauteurs dignes de l’idéal qu’il représentait. Un open-bar vodka

  • Jb

    Tout à fait d’accord avec "Zen": pétez un coup les mecs… On n’est pas non plus obligé de prendre une position de principe sur chaque sujet ni de voir la démocratie menacée par une évocation d’un régime totalitaire dans une soirée d’étudiants plus ou moins délurés. A mon avis la seule nostalgie de l’URSS se trouvera dans la Vodka!

  • Arun

    Tout à fait d’accord avec "c’est pas le soir"; ca ne viendrait à l’esprit de personne de faire une soirée ambiance 3e reich. Cette dédiabolisation de l’URSS est d’une inquiétante étrangeté, on se croirait dans la France des années 50

  • A.

    Tout a fait d’accord, intentons un procès à Paul McCartney pour humour déplacé, fétichisme d’un totalitarisme criminel, propagande indirecte pour un régime qui a tué des millions de personnes et anéanti tout art pré-1917…

  • Zen

    Ah c’est bien sciences-po tout ça… On annonce une soirée, et les gens n’ont rien d’autre à faire que d’analyser le titre en deux parties, montrer en quoi il s’agit d’un totalitaricisme car non respect du totalirisme extrême droite, se prendre la tête sur l’esthétisme, et avoir l’idée de recréer la bataille de Stalingrad pour la soirée…

    A la limite je serai pas contre Stalingrad si il y a distribution officielle de glaces pour mettre la température !
    Allez les gars, détendez vos strings :p

  • esthéticosceptique

    L’URSS, objet esthétique culte? A part la statuaire stalinienne (non dénuée d’intérêt), les affiches de propa, et une architecture anxiogène…je vois mal sur quoi se porte le culte. A la rigueur une nostalgie pour le kistsh des années 80 type Traban/Good bye Lenine, je veux bien, mais est-ce bien de l’esthétique? Les soviétiques se sont d’ailleurs bien démenés pour tuer (au sens propre comme au figuré) tout le génie artistique pré-1917; celui d’après, à moins de publier sous samizdat, sera soit muselé soit embrigadé alors…L’esthétique URSS ne vaut ni plus ni moins que la nazie, d’ailleurs elle est souvent similaire dans les codes de représentation (rappelons qu’il s’agit dans les deux cas, entre autres titres de comparaison, de créer un homme nouveau, et comparons les affiches de propa…). "c’est pas le soir" n’a pas tort: il aurait fallu faire une soirée costumée Wehrmacht vs armée rouge, là on aurait eu un traitement par l’humour valable et sans doute plus de cocasserie.

  • mmm

    Et si LaPéniche faisait une soirée "Back in FarWest", tu ferais une manif pour honorer la mémoire de Sitting Bull et ses amis Cheyennes?

    Calmons-nous, le politiquement correct ne fera que gâcher la fête, alors que la désinvolture ne ramènera pas l’ami Brejnev de l’au-delà. Et puis ne serait-ce qu’esthétiquement, l’URSS est, quoi que tu en penses, un objet culte, alors qu’ Arno Brecker à la déco, et Karajan à la musique, pour une soirée festive c’est un peu glauque ^^

  • c'est pas le soir

    il ne viendrait à l’idée de personne de faire une soirée "back in the 3rd Reich", faudrait qu’on arrête un peu de fantasmer: ou alors on admet l’humour noir pour toutes les catégories (nazisme et communisme) ou alors on s’abstient. Désolé de poster ça dans un sujet a priori festif, mais je constate qu’encore en 2007 on peut plaisanter sur l’URSS, comme s’il n’y avait jamais eu des dizaines de millions de morts…alors qu’à juste titre on dose l’humour noir qu’on peut faire sur le nazisme. Je réclame un traitement égal pour tout type de totalitarisme criminel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.