Vie du campus

Interview : Maxence M, 1A, pour l’association Urbanité N’ Insolence

Voici une association toute neuve déterminée à percer la scène politique de Sciences-Po… Et en excellents débutants, Urbanité’N Insolence commencent leur campagne de communication par une interview donnée à LaPéniche.net. Vous voulez en savoir plus ? Cliquez là dessous !

  • LaPéniche.net : Bonjour, pourrais tu te présenter à nos lecteurs ?

Maxence : Je m’appelle Maxence M et suis étudiant en 1A. Depuis le début du semestre, j’ai pu me familiariser avec la péniche, le gymnase… mais aussi avec les syndicats étudiants. Comme tout le monde, j’ai constaté combien ils étaient peu suivis par les étudiants, et parfois peu compris. Pourquoi ? Parce qu’ils paraissent trop tranchés, trop fermés, trop hermétiques à l’incroyable richesse de nos sensibilités. Cependant, ils disposent d’un vrai pouvoir de pression auprès de l’administration. Quoi de mieux alors à Sciences-Po qu’un peu plus de démocratie ?

  • LaPéniche.net : Justement, parle nous de ton association…

M : Avec des amis socialistes et centristes de 1A, 2A et 5A, on a eu l’idée de créer Urbanité N’ Insolence parce qu’on sait tous qu’on a besoin de plus de débats. « Urbanité ‘N Insolence » : un nom assez spécial pour une association politique modérée ! En fait, l’idée est de réunir des gens d’horizons politiques divers pour discuter sans langue de bois, mais en toute ouverture d’esprit. « Insolence », parce qu’on laisse les idéologies et les pensées toutes faites à l’entrée, au nom d’une liberté d’esprit pouvant aller jusqu’à l’insolence. « Urbanité » parce qu’il ne s’agit pas non plus d’organiser des combats de boxe !
Le but est de débattre dans un cadre plus souple que le syndicat étudiant. À Sciences-Po, on est tous intéressés de plus ou moins près par la politique, mais on est loin d’être tous syndiqués – entre eux, je considère le débat limité et peu constructif. Avec Urbanité ‘N Insolence, on aura enfin un débat ouvert, honnête, autour d’un café, en toute détente mais sans complaisance.

  • LaPéniche.net : Alors, de quoi parlera-t-on ?

M : De Sciences-Po bien sûr : la bibliothèque qui ouvre à 10H30 et nous laisse sur le perron profiter de l’air glacial parisien – le système des langues, qu’on ne comprend pas toujours – l’égalité des chances à Sciences-Po. Mais on parlera aussi de questions de sociétés comme le logement social et le logement étudiant, avec l’intervention de personnes qualifiées qui nous apporteront un éclairage nouveau sur des problèmes trop souvent simplifiées.

  • LaPéniche.net : Quels sont vos projets concrets pour l’année à venir ?

M : Il ne s’agit pas d’organiser des cafés politiques inintéressants entre associables à la recherche d’amis ! Les membres de cette association bénéficieront de l’éclairage de professionnels issus du privé et d’hommes politiques. On essaiera d’aboutir à des conclusions tranchées qu’on présentera aux syndicats étudiants, sensés nous représenter face à l’administration.

  • LaPéniche.net : Pourquoi voter pour vous ?

M : Parce qu’on a besoin de soutiens ! Et qu’on ne vous demande pas de voter pour un clan ou un parti, mais pour le débat, c’est-à-dire pour la démocratie. Vous aussi, soutenez-nous, donnez-nous votre signature, participez à cette nouvelle façon de parler politique ! Merci d’avance.

23 Comments

  • RvU-S

    deux choses : 1: l’utilisation récurrente du terme "fasciste" par des gens qui en ignorent la signification, mais qui pratiquent à fond le reductio ad hitlerum, comme les grands-pères cocos le pratiquaient déjà dans les années 30.
    2 : à science po, des gars capables d’aller casser du gauchiste, il n’y en a pas. Ailleurs si, mais pas assez. La preuve, on a eu besoin des CRS pour dégager Nanterre.
    merci les gens

  • Maxence MÉLY

    1) Merci de me reconnaître le droit d’avoir mes propres opinions politiques et de n’être manipulé par personne : c’est déjà une grande avancée !

    2) Mon projet ne s’est jamais dit révolutionnaire, et je n’aurai pas la prétention de dire qu’il est en tout point nouveau. Cependant, j’ai eu l’impression qu’il serait utile à tous de pouvoir organiser de tels débats non-aseptisés mais constructifs. J’ai pensé, et d’autres l’ont ressenti aussi, que ce serait pas mal qu’on essaie de monter une associaiton autour de ce projet. C’est par cela que je demande à chacun qui le veut de bien vouloir nous soutenir pour Urbanité N’ Insolence.

    Après, si tu restes convaincu que ce projet consistait en la publicité de l’UNI, c’est ton droit le plus intime. Mais je puis t’assurer que ce n’était pas mon objectif, et de loin !

    3) Ne sois pas convaincu par mes explications si ça te chante. Je n’ai pas la prétention de rallier Sciences-Po autour de mon panache blanc. Je remarque simplement qu’il est difficile d’être compris, et que même lorsque peu de choses sont en jeu, certains préfère pré-juger que croire. Dommage, je suis pourtant sincère.

    4) L’exemple de cette étudiante peut te montrer que des nouveaux arrivent à l’UNI. Ces 1A viennent de milieux très différents, ils connaissent la réputation de l’UNI, mais aussi les membres du syndicat. Ils ont envie de donner une nouvelle impulsion à l’UNI-Sciences-Po, mais ils veulent surtout faire du débat. Viennent sur la table le concours d’entrée, le calendrier, les vacances, la bibliothèque : est-ce naïf que de croire qu’on peut faire mieux que de traduire les divergences politiques en oppositions syndicales, alors que les étudiants ont leur mot à dire dans tous ces bouleversements ?

    Je connais la position qui fut celle de l’UNI pendant la mise en place des conventions. Je sais aussi que personne à l’UNI-Sciences-Po, aujourd’hui, ne demande la suppression de ces conventions. Personne. Alors évitons les procès d’intention.

    Une fois de plus, je le redis : mon interview ne doit pas donner lieu à un débat sur l’UNI mais à des soutiens pour Urbanité N’ Insolence. Ce serait dommage qu’une association de débat ne puisse pas voir le jour. Fétiche, je respecte ta position, mais je t’assure qu’Urbanité N’ Insolence n’est pas et ne sera jamais un moyen de propagande de l’UNI. Simplement parce que je m’y opposerai. Ce sera un moyen de débattre pour tous. Sans animosité ni complaisance.

  • fétiche

    1) Je ne m’insurge pas contre quoi que ce soit. Je constate. La formation de Nouvelle Donne il y a 2 ans n’est pas le fait du hasard. Après libre à toi et tes amis de reprendre la moribonde section UNI et de lui donner une autre direction.

    2) Il suffit de balancer une vanne sur les djeunz qui débarquent et qui veulent révolutionner la politique et c’est tous les 1A qu’on insulte. Et toute la droite avec.

    En clair, ton projet il ne change rien à rien, sauf pour l’UNI peut-être, ça aurait en effet pu être une plate-forme de propagande (sans sens particulièrement péjoratif). Tu connais la Conférence Olivaint ? C’est leur métier depuis 1875. Et ils sont présents à Sciences Po. Depuis pas mal de temps.

    3) Ta justification quant à l’incohérence de tes propos me laisse assez dubitatif. Sincèrement, je n’arrive pas à en comprendre le sens précis. Tu as l’air d’être énervé que je mette en avant des faits, et à ce titre, je suis taxé à mon tour de bouder le débat. Par contre, répondre c’est avoir une attitude puérile et être intolérant. Etrange.

    4) Je suppose que la militante dont tu parles n’est pas entrée à l’UNI pour en devenir la "conscience ZEP". L’UNEF un moment sortait aux gens de droite "mais on a un militant UMP parmi nous". Avoue que si tu entendais ça, tu ne serais pas spécialement convaincu.

    D’ailleurs j’espère au moins que tu sais que l’UNI est allée jusque devant les tribunaux pour attaquer cette réforme (avec raison d’ailleurs, sur le strict plan du droit), mais avec des justifications avec lesquelles je suis loin d’être en accord (ce qui ne m’empêche pas de voir là une mesure "cosmétique").

  • Maxence MÉLY

    Fétiche, tu sais, c’est un peu ridicule la façon dont tu essaies de t’insurger contre le vilain fasciste mou de l’UNI qui vient tromper les gentils étudiants de Sciences-Po en se disant "modéré".

    Mépriser les 1A, les prendre pour des chiffes molles crédules et ignorante, et par ce moyen tenter de rabaisser la droite, c’est gentillement puéril. Mes convictions, celles d’un homme de droite, je les assume, les ai affichées pendant la campagne, et continue de les affirmer au sein de l’UNI.

    Mes convictions m’ont éloigné du PS, c’est certain, mais pas pour autant de l’ouverture aux autres. Tu me repproches l’incohérence de mon interview ? Laisse moi te dire ceci : les convictions n’empêchent personne de débattre !!! Qui peut croire qu’avoir des idées oblige quiconque à vivre sans celles des autres ? QUI OSE AFFIRMER QUE LE DÉBAT EST IMPOSSIBLE ?!

    Ceux qui critiquent l’UNI comme tu le fais, et qui s’opposent à Urbanité N’ Insolence avec autant de vigueur que toi, sontles premiers à refuser le débat. Je suis sarkozyste et je m’assume comme tel. Cependant, j’ai moi aussi le droit d’avoir des amis centristes et socialistes. J’ai moi aussi le droit de me confronter à l’altérité. J’ai moi aussi le droit de discuter avec des élèves de ZEP (une militante de l’UNI est elle-même rentrée par la procédure des conventions).

    Le débat est au coeur de la démocratie. Je le répète : si pour toi l’altérité se résume à l’extrémisme, ne te dis pas démocrate. Si pour toi les convictions empêchent le débat, ne te dis pas démocrate. Si pour toi la parole d’une 1A n’est pas assez importante pour que tu la respectes, surtout, ne te dis pas démocrate.

    Bonne soirée Fétiche, dors bien, et réveille toi tolérant !

  • fétiche

    1) Ce que je connais de la droite à pipo c’est ce que j’ai pu voir sur deux ans. Y compris l’UNI. Et puis les nouveaux adhérants qui débarquent tout naïfs "oh tiens, il y aurait donc eu des gens pas très sympathiques à l’UNI ?", ça me fait doucement rigoler 🙂

    Pourquoi avoir besoin de t’avoir rencontré pour parler ? Tu es si importante que ça ? Tout ce que j’ai dit jusqu’ici est basé sur des choses écrites par vos soins.

    2) Le coup du miroir magique "nan c’est toi qui sort des clichés", merci mais c’est faible comme réponse. Et puis je me "cache" ? Ca signifie quoi, que j’ai peur de quelque chose ?

    3) Bonjour enfin le foutage de gueule sur les convictions 🙂

    J’ai déjà répondu à ta question dans mon post précédent, sur les contradictions entre l’interview et la présentation de l’association.

    Mais si tu veux, voilà une autre hypocrisie dans l’interview : "Avec des amis socialistes et centristes de 1A, 2A et 5A, on a eu l’idée de créer Urbanité N’ Insolence parce qu’on sait tous qu’on a besoin de plus de débats. « Urbanité ‘N Insolence »"

    Si assumer ses convictions c’est ne même pas dire qu’on est soi-même de droite…

  • marie

    fétiche,

    excuse moi mais que connais-tu de nos convictions???
    tu nous a déjà parlé??? je ne crois pas…
    alors arrête un peu de te cacher derrière des phrases clichées!
    d’ailleurs puisque tu sembles si bien nous connaitre peux-tu m’éclairer :
    quelles convictions nous n’assumons pas stp??? histoire de savoir clairement de quoi on parle…

  • fétiche

    Une association "modérée et ouverte" qui cherche à organiser des "conférences-débats avec des personnalités qualifiées – et toujours avec ‘urbanité et insolence’, c’est-à-dire sans les tabous propres aux schémas issus de mai 1968." Outre le fait que le lien logique entre "urbanité et insolence" et "briser les tabous de 1968" m’échappe, il y a comme qui dirait une "légère" contradiction.

    Le cliché qu’a la droite (toute complexée qu’elle est) de briser les tabous des briseurs de tabous, on l’entend tous les jours avec Sarkozy. Pas étonnant qu’il soit repris d’ailleurs puisque l’UNI le soutient officiellement.

    Et puis ce n’est pas la peine de prétendre être ouverts quand on a déjà des difficultés à assumer ses convictions…

  • David

    Et bien si, quant à toi, tu ne raisonnes pas avec le schéma de ceux que je critique, je serai le premier à m’en réjouir! Je voulais juste apporter un témoignage à propos de ce qu’a pu véhiculer l’UNI à un moment ou un autre, simplement parce que je pense qu’on ne peut pas ignorer le passé, et qu’il est toujours difficile de distinguer l’origine du fondement. Maintenant, si vous souhaitez remettre tout ça à plat et oeuvrer dans la modération, ça ne me pose pas de problème particulier, je dirais même tant mieux. Pour ce qui est de ta santé, ne t’en fais je ne m’en inquiète pas! Bon courage à vous.

  • Maxence MÉLY

    Les 1A ne s’arrêtent pas aux slogans des années Mitterrand : ils rejoignent d’autres étudiants pour être les militants de demain ! Et David, pardonne moi, mais adhérer n’a jamais été un acte de foi ou un engagement à vie : je te rassure, je n’ai pas subi le moindre bizuthage ni la moinde humiliation… Tu raisonnes avec les schémas de ceux que tu critiques, alors ne donne pas ces leçons de morales toutes faites. Les femmes et hommes de droite sont parfois plus ouverts et souvent moins violents que ceux qui les combattent !

    Sans transition, merci pour ce petit débat sur l’UNI, mais Urbanité N’ Insolence est une association MODÉRÉE et OUVERTE, dont l’objectif est d’organiser des DÉBATS, et qui est à la recherche de SOUTIENS… la démocratie commence par la liberté d’expression, alors aidez-nous à faire reconnaitre notre association.

  • David

    « Si tu es bolchevik, ne te casse pas la tête, on le fera pour toi » , slogan édifiant de l’UNI Brest dans les années 80… Les 1A, regardez dans quoi vous vous embarquez.

  • Ancien

    Je soulignerais seulement que le président de l’UNI de l’an dernier se déclarait ouvertement "Megretiste" lorsqu’il était en 1A…Et comme le dit la grande philosophe canadienne, femme du René : "On ne change pas"….

  • Necrid

    N’exagérons pas le côté fascistoïde ou crypto-fasciste de l’Uni. Si dans certaines universités, les membres de l’Uni tendent dangereusement à se rapprocher de la droite dure, ce n’est pas le cas à scpo. Si c’était vraiment le cas, croyez bien qu’au moment du CPE, les choses ne se seraient pas tout à fait passé de la même manière.

  • marie

    je viens d’arriver donc je ne peux pas juger de ce qu’on fait nos prédecesseurs…
    après moi tout ce que je demande c’est que vous nous laissiez faire nos preuves!!
    personnellement je suis la première à m’opposer aux méthodes que tu me décris…
    en tant que personne libre je peux t’assurer que si je constate un quelconque extrémisme dans ce syndicat je pars directement…

    après voilà on est une majorité de nouveaux qui avons envie de faire bouger un minimum les choses quand nous jugeons que des améliorations sont possibles…
    je trouve dommage que seulement 25% des étudiants votent pour les syndicats…ceci limite notre voix auprès de l’administration…
    ceci n’engage que moi, mais à la rigueur je me moque de savoir pour qui tu vote tant que tu votes…
    si t’as des propositions hésite pas à en faire part aux syndicats quels qu’ils soient…et si t’es pret à débattre avec une 1A de l’UNI viens un jour à nos débats, ça ne t’engage à rien mais au moins tu pourras te faire une idée par toi même.

  • arthur

    Je ne jugerai pas l’UNI Sciences Po, mais si on vient me dire que l’UNI au niveau national est un syndicat modéré, mes cheveux se hérissent!!! J’ai juste le souvenir de matinées sombres et frileuses du printemps 2005 pendant lesquelles des lycéens bloqueurs, dont moi, restaient groupés et un peu craintifs, parce que le matin précédent, ou devant le lycée d’à côté, des types se déclarant ouvertement de l’UNI descendaient de camionnettes avec des chaînes métalliques suffisamment volumineuses pour faire très mal lorqu’ils s’en servaient sur vous. Je n’en garde pas un souvenir très modéré, et ce n’est même pas une question d’arguments ou d’idées, mais simplement d’angoisse, alors si la nouvelle génération est différente, tant mieux, mais au moins assumez le fait que vos prédécesseurs récents n’étaient pas tous très nets.

  • marie

    je suis assez choquée par tant d’intolérance de la part d’étudiants de sciences po qui se vantent si souvent de leur "ouverture d’esprit"…
    sérieusement, juger sans chercher à connaitre les idées, les personnes qui forment ce syndicat et leurs valeurs (véritables et pas supposées) c’est faire preuve d’un obscurantisme manifeste…
    le débat vous fait peur??vous n’auriez peut etre pas du intégrer sciences po dans ce cas…

    vous vous dites dirrigeants de demain et vous ne prenez même pas part activement aux débats qui vous concernent directement…
    il se décide tellement de choses en réunion de travail, conseil d’administration et commission paritaire dont vous n’entendez même pas parler.
    alors après c’est un peu simple de se plaindre quand ça vous tombe dessus!!

    prendre position nécessite du courage…ce qui ne doit malheureusement pas être votre cas puisque vous vous cachez derrière votre ordi pour attaquer l’UNI et n’avez même pas le courage de signer vos messages

    marie

  • Max

    Cowboyz,

    non, ils ne refont pas "le coup de Nouvelle Donne"… Cette association n’est pas un syndicat et tu ne peux pas dire que Nouvelle Donne a fait un "coup" car même si la reprise est délicate, le syndicat est toujours présent dans les commissions et en Péniche (ok pas souvent pour le moment, mais ça s’organise) =]

  • fétiche

    L’UNI est constituée à Sciences Po de mous qui n’assument pas leurs opinions mais qui se sentent pousser des ailes dès qu’un vrai faf pousse le bout de son nez.

    J’ai pu le constater l’an dernier.

    Après, le projet en lui-même… Ne même pas assumer le fait que l’association est officiellement supportée par l’UNI… Risible.

  • Sarkozyste

    Ceux qui fuient l’UNI sont ceux qui se laissent prendre aux racontars. Si l’UNI à sa création a représenté la droite dure, cela fait bien des années que les choses ont changé. Qui croirait qu’à Sciences-Po les membres de l’UNI sont tous des fachos ? Je ne pense pas qu’il soit honnête de les croire intolérant, et il n’est rien de plus intolérant que de se fier aux rumeurs de couloir. Intolérant et faible.

    Je suis sarkozyste et je ne jugerai l’UNI qu’une fois leur programme connu. Des élections syndicales arrivent, et les idées seront débattues : pourquoi se renfermer dans des prismes tout faits alors qu’on aura l’occasion de mieux se connaître ?

    D’ici là, la procédure de reconnaissance des associations est en marche, et je voterai pour Urbanité N’ Insolence : leur projet de débat honnête et sans préjugé en vaut la peine !

  • Corbeau

    L’UNI n’est pas un parangon de tolérance. Ce syndicat, que bien des sarkozystes fuient -et à juste titre- est connu pour représenter la droite dure, et non cette droite respectable qu’est la droite modérée.

  • Maxence Mély

    Tu sais Justin, ce sont les fachos qui refusent le débat ! On peut être de droite et tolérant… si si ! ça existe ! Ceux qui me connaissent savent que c’est pas avc mes 70 kg que je vais casser du gauchiste. Et je t’assure, j’arrive même à avoir des potes socialistes. Ce matin encore, je discutais sans animosité et en toute décontraction avec une fille du MJS. Elle me sait de droite, mais n’a pas cette répulsion que certains extrémistes affichent !

    Tu vois, je ne prends personne pour un con. Avant de critiquer, viens un peu discuter, ça te changera. "Modéré", je le suis, et ceux qui me soutiennent aussi. Et si les initiales forment "U-N-I", c’est même par souci de transparence : oui je suis à l’UNI, mais oui il faut qu’on puisse débattre avec des gens qui pensent différemment.

    Si pour toi l’altérité se résume à l’extrémisme, ne te dis pas démocrate !

  • Justin Bridou

    Et puis prends-nous pour des cons surtout…

    C’est marrant quand même, ces initiales, "UNI", pour une association "modérée"…

    Remarque, ça va au moins permettre de repérer quelques-uns d’entre vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.