Vie du campus

Huit candidats à Sciences Po demain – dont Le Pen

Il y a quelques semaines, revenant sur l’affaire Soral, nos confrères de RSP.fm demandaient à Richard Descoings quelle serait sa réaction si Jean-Marie Le Pen était invité à Sciences Po. Il répondait que « ce serait un beau cas d’école, au sens propre du terme, que de savoir si une institution comme Sciences Po peut recevoir en respectant les règles de la démocratie, les règles du débat, une personnalité d’extrême droite. Ce serait une vraie question : est-ce que vous imaginez que si Jean-Marie Le Pen, par exemple, vient à Sciences Po, les choses se passeront dans le calme, dans l’ordre, sans risque de bataille rangée? On touche là à ce qu’il y a de plus compliqué dans le lien entre les libertés publiques et l’ordre public. Les principes sont clairs, mais tout est dans leur application. « .

Ce jour est finalement arrivé : demain, huit candidats se succéderont en Amphi Boutmy toute la journée, dont le président du Front National, à 16h30. Le Monde nous dévoile le déroulement de cette journée, qui sera intégralement retransmise sur le site elle.fr.

Quoiqu’il en soit, n’oubliez pas vos cartes d’étudiant et prévoyez d’arriver en avance pour vos cours : les contrôles s’annoncent serrés.

Article complet du Monde dans la suite du billet.

Huit candidats au forum « Elle »-Elections « Ce que veulent les femmes »

Valérie Toranian pèse ses mots. « C’est une grosse, une très grosse opération », soupire la rédactrice en chef du magazine Elle. Jeudi 5 avril, le grand amphithéâtre de Sciences Po Paris devait accueillir le forum Elle-Elections sur le thème « Ce que veulent les femmes ». Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou, Olivier Besancenot, José Bové, Marie-George Buffet, Dominique Voynet et Jean-Marie Le Pen doivent s’y succéder. Les candidats ne feront toutefois jamais tribune commune.

A l’occasion de ce forum, l’hebdomadaire communiquera les résultats d’une enquête menée auprès de femmes pendant le mois de mars sur le site Internet Elle.fr, à partir de quinze thèmes et de multiples questions : impôts, santé, contraception – « Faut-il étendre le délai légal de l’IVG ? » -, école, emploi, chômage, environnement – « Faut-il interdire les OGM ? » -, immigration… A la mi-mars, le site avait enregistré 200 000 visites. Les principaux résultats de l’enquête ont été transmis aux candidats.

Les internautes étaient également invités à poser, chacune, une question. Près de 150 d’entre elles se rendront à Sciences Po pour la formuler directement aux intéressés. Présentés au côté de Valérie Toranian par Laurence Ferrari, journaliste à Canal+ et animatrice de l’émission « Dimanche+ », les candidats devront aussi répondre à des étudiants de l’IEP et à des personnalités choisies par Elle.

UNIVERS DIFFÉRENTS

« Ces femmes appartiennent au monde associatif, à celui de l’entreprise, de la justice ou à l’univers social, précise Mme Toranian. Elles ont l’habitude de prendre la parole. » Anonymes ou réputées, toutes parleront « depuis leur expérience. Nous attendons de la part des candidats des réponses claires et pragmatiques ». Aucun candidat n’aura connaissance des questions qui lui seront posées, a l’exception d’une seule, commune à tous : « Si vous êtes élu(e), quelles seront les trois premières mesures que vous prendrez en faveur des femmes ? »

La campagne électorale passionne les lectrices du magazine, « mais pas forcément en faveur des candidates féminines, nuance la rédactrice en chef. Elles expriment une attente forte et une réelle préoccupation, notamment pour leurs enfants, qui ont grandi ».

L’hebdomadaire a toujours fait preuve d’une grande liberté dans ses opinions lors des campagnes antérieures. Qu’il s’agisse de la question du foulard à l’école, des droits des femmes ou de la parité, le magazine du groupe Hachette Filipacchi Médias occupe une position singulière dans l’univers de la presse féminine.

« Qui d’autre que nous pouvait organiser ce que l’on va faire à Sciences Po, demande Mme Toranian. Défricheur des tendances de la mode, Elle est un univers où la légèreté a sa place, en même temps qu’il est un décrypteur de notre société » Les personnalités du monde politique n’ont jamais été indifférentes à sa lecture. A quelques jours du grand rendez-vous de Sciences Po, Valérie Toranian s’en réjouit d’avance : « Ils rêvent tous d’être dans Elle. »

Le débat sera diffusé en direct et en intégralité sur le site elle.fr. Les meilleurs moments seront également retransmis sur la chaîne i-Télé. De son côté, Public Sénat proposera, jeudi 5 et vendredi 6 avril, l’intégralité des interventions des huit candidats.

Jean-Jacques Larrochelle – Article paru dans Le Monde, édition du 05.04.07.

13 Comments

  • dummies

    mais la colère est le fond de sa campagne !!! alors il a adoré vous, NOUS, insulter en retour, c’est ça son kif ! quand vous l’aurez compris…

    tout à fait d’accord avec Seb et Matthieu.
    Ah oui, l’extrême-gauche: "démocratique, internationaliste, antiraciste, antisexiste, égalitaire" ? on a bien vu ce que ça a donné ailleurs, alors ne vous enthousiasmez pas trop…

    Par contre je suis d’accord pour dire que point de vue électorat, l’extrême-gauche ne représente pas le même danger. Ceci dit, puisqu’on regarde les chiffres, quand allons-nous enfin comprendre que les scores de Le Pen ne sont que le reflet d’une réalité sur laquelle on a trop souvent fermé les yeux ? Le plus révélateur est de voir QUI vote extrême-droite, d’écouter les arguments des immigrants qui votent FN… Au lieu de manifester, de gueuler, ouvrons un vrai débat, pas avec Le Pen, sénile fini, mais avec son électorat. Au lieu de répéter à tous vents que ce sont des "paumés", allons vers eux, essayons de comprendre et agissons pour améliorer leur situation. Voilà comment combattre l’extrême droite, voilà la SEULE façon d’appaiser les haines. Ce n’est pas de les traiter de facho qui fera avancer les choses. Pour la plus grande partie (ok, yen a des vrais fachos mais c’est pas la majorité), on est tous d’accord pour dire que ces gens sont paumés, mais une fois qu’on a dit ça on est bien avancé !

    Facile pour nous, "petits bourgeois de merde", dans notre petit confort de merde, de condamner ceux qui ont si peu d’espoir qu’ils sont sensibles au populisme le plus ridicule et le plus dangereux.

  • loki

    Oui à mon avis (je n’étais pas là mais de ce que j’en ai vu à la télé etc) il était carrément pas content le vieux borgne. Ca a l’air de bien l’avoir enervé…

  • Phinéas

    Pour ce qui est du blanc, on a laissé ça à nos camarades de droite, qui s’y entendent fort bien en effet pour ne pas protester trop fort contre ce genre de personnage. Certains ont même poussé le respect de la démocratie jusqu’à arracher les affiches anti-Le Pen posées par SUD dans sciences po la veille (et ce n’est pas de la présomption, mais du flagrant délit).
    Et, effectivement, on a encore cette petite faiblesse de ne pas pouvoir s’empêcher de huer les fachos quand on les voit, quitte à ne pas être "efficaces". D’ailleurs, vu l’état d’énervement avancé qui a été celui du bonhomme durant sa conférence, je ne suis aussi sûr que ça qu’il ait kiffé l’accueil.

  • Pierre

    légitimité de votre action: 1000
    efficacité de votre action: 0
    vous êtes faits traiter de petits bourgeois, l’avez fait kiffer, n’avez rien changé à l’avis de ses électeurs….bref une action à la SUD, bcp de symboles, peu d’effets

    un bon gros blanc et un amphi vide auraient étés réellement audacieux et efficaces

    votre désaccord, non seulement on l’imagine évident, mais en plus l’intégralité de son électorat potentiel s’en tamponne non?

  • Phineas

    L’extrême-gauche: démocratique, internationaliste, antiraciste, antisexiste, égalitaire.
    L’extrême-droite: autoritaire, nationaliste, xénophobe, patriarcale, ségrégationniste.

    Il ne s’agissait pas d’empêcher Le Pen d’entrer dans Sciences po et de parler; il s’agissait d’exprimer le désaccord total de l’immense majorité des étudiant-e-s avec ses idées. Objectif atteint.

  • Valentine

    Oui, des rédacteurs de Lapéniche seront présents, et des comptes rendus seront faits.
    Ceci dit la simple comparaison capacité de l’amphi/nombre des étudiants rend impossible que tout le monde assiste aux débats. Par ailleurs on a eu la possibilité de s’inscrire très facilement par internet.

  • Une frustrée

    Bonjour, je ne rentrerai pas dans le débat faut-il laisser le pen s’exprmier ou pas, mais j’aimerai simplement savoir si les reporters de LaPeniche.net ont pu s’inscrire pour participer aux débats, et les retransmettre sur le site ou au moins faire un compte-rendu pour les frustrés comme moi qui n’ont pas cette chance??
    Quand même injuste que les élèves ne puissent pas tous y être et voir les présidentiables alors qu’ils sont dans leur propre école…

  • hum

    Mettre dans le même sac l’extrême-gauche française et le FN me parait tout de même TRES difficile (très scpo le côté "à mort les extrêmes")

    d’un côté des révolutionnaires assagis, antiracistes, démocrates quoiqu’on puisse en penser, et qui ont un véritable passé politique et idéologique
    de l’autre des fafs sans envergure qui ne font que rameuter des paumés sur des thêmes idiots style immigration et sécurité

    ne mélangeons pas tout…oui, l’extrême-gauche a droit à un traitement différent de LePen, qui toutefois doit être écouté et combattu de façon respectueus, même si on le hait (ce n’est pas le diable, juste la bonne vraie droite poujadiste française….on ne fait pas tant de scandale quand l’ami sarkozy attrape des immigrés pour les expulser non? ^^)

  • Re-Ju

    Bon je sens que j’abuse mais je n’y résiste pas !

    Hormis le fait que je pense qu’il soit totalement hasardeux de comparer l’idéologie haineuse de l’extrême droite à toute autre forme d’extrémisme, je suis d’accord sur l’idée qu’il ne faut pas l’empêcher de parler… ça l’arrangerait bien, surtout après le trip que certains candidats se sont faits contre l’ENA and co.

    Cependant, que des étudiants expriment la volonté de lui cracher un peu dessus ne me dérange pas. De toute façon ils seront vite repoussés à coups de karcher (haha). Par contre, pourquoi ne pas quitter l’amphi lorsque Le Pen arrivera ? Le laisser dire ses conneries dans une sale vide répondrait tout à fait à vos exigences de démocratie à deux balles et à mon désir effréné de résistance pacifique !!

  • matthieu

    entre l’extreme droite et l’extreme gauche : meme combat tellement TOUS LES DEUX sont dangeureux !
    mais il faut que ce combat se fasse démocratiquement, car ne pas faire rentrer dans le jeu démocratique Le Pen par exemple, fait qu’il en vient à dominer la vie politique francaise paradoxalement par la voie démocratique !

    que l’on entende ses idées, et que l’on les attaque ! mais que l’on ne l’empeche SURTOUT pas de s’exprimer.

    julien, tu n’as pas du tout compris comment battre le Pen. regarde le en face, plutot que de détourner la tete. Rentre lui dedans par le débat plutot que de le faire passer pour une victime…

    ciao

  • Julien

    La liberté d’expression et la démocratie c’est justement que tout le monde puisse s’exprimer. Je me félicite donc qu’un mouvement anti-Lepen se prépare pour exprimer notre refus de l’extrémisme!! Le contraire aurait été plus qu’inquiétant. Et qu’il ait fait 20% aux dernières élections ne le légitime en rien.. d’autres avant lui se sont fait élire au suffrage universel et on en connaît les conséquences.

    PS: une évidence = la différence entre les extrêmes à droite et à gauche se trouve avant tout dans les bulletins de vote. La première est un vrai danger, l’autre pas.

  • Seb

    Je trouve tout à fais scandaleux qu’il soit prévu une manifestation anti le pen demain à Sciences Po. Il a, au même titre que les autres, le droit d’exprimer ses idées, aussi détestables soient elles. En le stigmatisant, vous ne ferez que confirmer ceux qui votent pour lui dans leur choix. Au contraire, laissez le s’exprimer et les gens, moins stupides que vous le pensez, seront assez responsables pour se rendre compte qu’il est incompétent et dangereux. Si vous tenez vraiment à manifester, protestez plutot contre les candidats "sérieux" qui sont responsables des scores importants de l’extrème droit comme de l’extréme gauche.
    Par ailleurs, la différence de traitement des deux extrèmes me laisse toujours aussi perplexe. Au nom de quoi l’extrème gauche jouirait elle d’un statut particulier la métant à l’abri des défenseur de la démocratie là ou l’extrème droite est systématiquement attaquée. Encore une fois, je ne cherche pas du tout à légitimer l’existence de l’extréme droite mais je ne vois pas en quoi elle est plus dangereuse que l’extrème gauche.
    J’aurai vraiment honte que des incidents empéchent un candidat, quelqu’il soit, de rentrer demain dans sciences po et j’ose imaginer que la majorité silencieuse des étudiants sera d’accord avec moi. J’espére donc qu’une minorité d’activiste ne feront pas de l’excés de zel pour baffouer la démocratie en son nom.

    Bonne soirée

  • Del

    Mais POURQUOI se sentir obligés de préciser dans le titre même de l’article que Le Pen est invité – ô mon Dieu quelle horreur ??? Il a le droit d’être candidat il me semble, dont heureusement qu’il est invité dans ce type de débats. D’ailleurs félicitations à ELLE pour avoir invités TOUS les candidats les plus représentatifs.

Répondre à Une frustrée Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.