Vie du campus

Élections BDE (2/3): Connecting Pipo, les nouveaux bisounours

Connecting Pipo
C’est sous les cris furieux de sumos en chaleur que nous retrouvons dans le jardin de Sciences Po Nassim Sari, responsable du pôle intégration de Connecting Pipo et Amandine de Lorme, qui le seconde dans celui-ci, tous deux en 1ère année. S’ils ne semblent pas très à l’aise à l’idée d’être interviewés, c’est néanmoins avec le sourire qu’ils répondent aux questions de La Péniche.

Connecting Pipo, c’est un peu comme Nokia mais en mieux, puisque ses membres, qui ne sont pas selon eux « une bande de pote », ont pour mots d’ordres l’intégration, l’ouverture et la « connexion ». Connecting Pipo, c’est une « liste-éclair », qui s’est formée en très peu de temps à partir d’un noyau de 1A motivés, qui n’ont « pas eu la chance d’avoir un groupe de 3A » à portée de main et ont du faire craquer l’ENTG de toute la promotion 2013 afin de trouver quelques volontaires. C’est donc après avoir convaincu la Présidente, Kenza Daldoul, « tout de suite motivée par le programme » que le reste du groupe de 3A, qui prendrait la direction de la plupart des postes à responsabilité, s’est formé, lequel comporte notamment de nombreux étudiants des campus délocalisés. Mais Connecting Pipo, c’est surtout « un investissement collectif, une envie d’améliorer les choses » et, toujours dans l’originalité, « le maintien d’un esprit Sciences-piste », dans la droite lignée de l’esprit bisounours de la liste Saint-Guillaume Sweet-Home, dont les membres forment le BDE actuel.

La campagne de Connecting Pipo s’articule autour d’évènements plutôt basiques, entre distribution de nourriture grasse et soirée « Descoings c’est vous » organisée au Rive Gauche, pour « rester connecté à ton quartier préféré » – le reste de Paris étant par essence bien trop populaire pour l’étudiant de base, tout le monde le sait. Mais il y a aussi une dose d’originalité: le frisson d’adrénaline provoqué par la traversée en pousse-pousse de la rue Saint-Guillaume est sans aucun doute une expérience inoubliable, en plus d’être la preuve que le ridicule ne tue pas. Dans tous les cas, Connecting Pipo se voit comme un futur BDE « super ouvert » – encore heureux – et considère la campagne comme l’opportunité de « faire passer un bon moment à tout le monde », parce que « tous les gens qui sont à Sciences Po doivent se sentir intégrés » et que de toute façon, l’important c’est de participer, non ?

Ce qui distingue Connecting Pipo des autres listes et en fait « le BDE qui te branche » c’est son programme. Et oui, nous avons ici la liste qui a réussi à mettre en place le « programme pragmatique » que nous attendions tous (cette dernière phrase est à prendre sur le ton de l’ironie). Basé sur quatre grands axes (l’intégration, les associations, l’engagement des étudiants et l’ouverture à l’international), ce programme recèle de très bonnes idées, telles qu’un fichier logement pour la 3A ou la création d’un système informatisé d’annonces diverses et variées un peu sur le modèle de Craigslist, mais ne propose en fait rien de véritablement novateur puisqu’il entend surtout renforcer et améliorer les activités déjà exercées par le BDE actuel. En ce qui concerne les soirées, c’est du vu, revu et re-revu: « il faut plus de diversité de musique », c’est pourquoi Connecting Pipo, comme l’ensemble des listes, s’engage à mettre en place des soirées à thèmes (Hip-Hop, rock, minimale…), dans des lieux, bars, boîtes soi-disant « inédits ». De plus, il faudrait, selon Connecting Pipo, « complètement modifier » le schéma des soirées parce qu’on « arrive à 23H, on se fait jeter dehors par la vigile vers 5h en n’ayant rien fait de spécial entre les deux. » Et bien nous, habituellement, on danse.

Connecting Pipo2

En ce qui concerne les associations, nous avons été surpris d’apprendre au détour d’une phrase que près de la moitié des membres de la liste étaient en parallèle engagés dans d’autres associations. En effet cela pose bien sûr le problème de la disponibilité de ces personnes: avoir d’autres engagements signifie indéniablement avoir moins de temps à consacrer au BDE. Mais cela pose d’autres problèmes plus importants, comme celui du traitement égal des associations par celui-ci: étant censé chapeauter la vie associative, comment peut-on être sûr que les associations dans lesquelles sont impliqués ses membres ne seront pas avantagées ? Comment refuser, lorsque l’on est au BDE, un service que demanderait une association dans laquelle on est soi-même ou un de ses amis impliqué ? Il semble qu’un choix va devoir s’imposer et que les personnes concernées doivent publiquement choisir entre leur association et le BDE.

Pis, Connecting Pipo semble globalement oublier que le budget du BDE n’est pas illimité: entre le don d’un pourcentage non-encore fixé des bénéfices de chaque évènement organisé à une association, la mise en place d’un Sciences Po International Tour en partenariat avec de grandes universités européennes et la création de nouveaux festivals, c’est bien au Flunch de Beauvais que nous auront le droit à notre Open Champomy. Mais ce qui distingue d’avantage la liste Connecting Pipo est qu’elle « n’est pas une bande de potes autour d’un groupe déjà constitué, ce qui est clairement le cas de la WAF. »

Ce qui est clairement le cas de Connecting Pipo, c’est que la stratégie communication de la liste semble être la « rupture tranquille ». À vrai dire, on peut se demander s’il y a une stratégie com tout court puisqu’alors même que MAO a organisé plusieurs évènements d’envergure (combat de sumo, marchand de glace à l’italienne sous le nez des appariteurs et même l’apparition d’un panda – chameau des temps modernes) et que la WAF a fait craquer le Basile avec ses pintes à 1 euros, les ouailles de Connecting Pipo semblent un peu trop lisses, voire transparentes et peut-être pas assez « connectées » à la campagne: avoir des idées et un programme clair, c’est bien, mais il semble que les candidats ont du mal à les mettre en valeur avec des évènements originaux.

Pour incarner le « BDE qui te branche » des étudiants qui sont tout autant d’électeurs potentiels, Connecting Pipo va devoir donner un coup de jus à sa campagne après des premiers jours en demi-teinte et amorcer une phase de décollage de sa communication, ce qui néanmoins semble avoir déjà commencé avec sa soirée au Rive-Gauche et son très apprécié concours de bière.

17 Comments

  • iphrene

    Mes chers petits amis,

    Ne nous leurrons pas aucun d’entre nous ne serait ici s’il n’avait pas un parti pris, quel qu’il soit dans la campagne. L’impression que j’ai, vu de loin, c’est que vous criez au loup assez vite et assez fort, pour finalement pas grand chose. Cet article n’est ni bon ni mauvais, ni gentil ni mechant, je dirais qu’il est vaguement consensuel, decrit bien l’etat du front a quiconque n’est pas a Paris et ne se rend pas compte du courant d’opinion. Si vous voulez de l’article vraiment mechant reportez vous a ce que faisait LaPeniche l’an dernier, sur le coup les chiens de campagne aboyaient aussi fort que vous, ceci dit dans leur cas c’etait merite.
    Ce qui se passe fondamentalement c est que les elections BDE en vrai, tout le monde l intellectualise alors que c est d une vacuite crasse et qu au fond, meme si vous etes dans une illusion d optique et que vos 4 potes de sciences po s’y interessent, je le repete, tout poncif que ce soit, TOUT LE MONDE S EN TAPE. Les gens a Lapeniche se font autant chier que leur lecteur a pondre des articles qui de toute facon de seront jamais assez ci et toujours trop cela. J’estime que comme nous pataugeons dans une toute petite marre, autant en rire. A cet egards les articles de l annee derniere etaient marrants.

  • Antoine

    Quand je lis les articles de la Péniche sur les listes BDE, je pense à cette case dans « Astérix » où on voit Jules César pouffer en écrivant la Guerre des Gaules : « qu’est-ce que je leur mets, ouh la la, qu’est-ce que je leur mets ! »
    Au bout de réquisitoires vaguement ironiques et mordants, on n’est pas plus avancés qu’au début. Essayez de sortir de la facilité de votre point de vue extérieur, de celui qui tient la plume, et tachez-vous les mains : faire des articles pour/contre ou une liste d’arguments pour et contre à la fin d’un article seraient de bons moyens. Vous ne le ferez sans doute pas – de l’avantage de ne pas avoir à subir le suffrage universel…

    Gros bisous les enfants

  • Puisqu'au final, donner son identité ne renforce pas son propos lorsque celui ci est solidement construit

    Johan, Johan, j’ai eu l’impression de lire l’article d’un journaliste Pénicho-Playliste qui essayait de refaire le match un an après. Les quelques seules bonnes idées que tu dénotes étaient celles défendues par ta liste l’année dernière. On a le sentiment que tu essayes de te venger en assomant un peu fort.

    Bon ce qu’est dommage c’est que tu y vas à sens unique, sans introduire de nuance. Il est bien connu qu’il est plus difficile de détruire une campagne de liste plutôt que d’y trouver un intérêt. Néanmoins, je constate que même avec ce parti pris destructeur, ton article est difficile.

    Je constate avec désarroi que LaPéniche n’a toujours pas réussi à déterminer clairement sa position par rapport à la campagne BDE et peut-être l’institution en elle-même. Les articles n’apportent rien. Si vous n’arrivez pas à faire des articles équilibrés parce que vos journalistes sont peu inspirés et cherchent à s’appuyer sur la facilité pour écrire, pourquoi ne pas proposer le format suivant : pour chaque liste, un article POUR (qui ne fait que la défendre) et un article CONTRE. J’espère que vous finirez par faire un truc correct.

    A bon entendeur.
    Salut

  • xxx

    Je ne critique pas Johan mais simplement le manque d’objectivité de son article, et comme l’a très justement souligné Vic, le problème que pose la rédaction des articles sur les listes par différents auteurs, ce qui fausse la donne. Connecting Pipo peut à juste titre s’énerver d’avoir « écopé » d’un rédacteur plus cynique que celui de la MAO, voilà tout.
    De plus, oui je connais leur programme, et je ne fait que défendre le fait que l’information soit mal relayée dans l’article, car les critiquer sur le fait qu’ils n’aient pas prévu d’Apéro au Basile par exemple, est encore une fois injuste et faux. J’ai donc rétabli la vérité, et pourtant je ne suis pas dans la Connecting, et la MAO est une liste également très prométeuse. Simplement, l’information doit être claire et faire preuve de véracité.
    En ce qui concerne le pseudonyme xxx, mettre « Nicolas » c’est pas non plus un coming-out flagrant.

  • Charles

    @ Jerome: je crois que Nicolas s’adressait à xxx dans son message, il l’a implicitement dit au début (il fallait chercher): « xxx ou le courage d’assumer ses propos ». Je précise que je ne suis pas fan de Nicolas.

  • Jerome

    @ Nicolas (fan de Johan apparemment)
    Je ne vois pas pourquoi tu parles de « fan ». Je dis juste que même si le travail n’est pas parfait, on peut essayer d’éviter d’émettre autant de critiques et parler un peu plus des bonnes idées de la campagne (comme les pousse-pousse par exemple, ou encore l’idée d’un concours en plusieurs épreuves). Là, suite aux articles déjà parus, on pourrait presque en arriver à voter blanc étant donné que tous les programmes sont apparemment similaires et irréalisables (alors même qu’on se plaint d’un manque de nouveautés..). Je ne pense donc pas que ce soit des articles très utiles, après chacun son avis. Si tu veux répondre, évite des remarques telles que « prépubère », comme tu l’as vu j’essaie de rester un minimum respectueux.

  • Nicolas

    xxx ou le courage d’assumer ses propos, ahaha rentre chez toi anonymous de pacotille au lieu de déverser ta bile de militant pro-connectingpipo qui est tellement pas impliqué chez eux qu’il connait tous les events de la liste par coeur. Tu dis que les events de connection pipo, MAO ou WAF sont jusque là similaires, tu te trompes. Jusque là n’importe quel mec honnête diraient que les connecting sont cools et avenants mais que leurs events sont en retrait par rapport aux autres listes.
    Pour ce qui concerne l’article, je le trouve très bien, il retranscrit assez fidèlement la réalité mais il est un peu sévère sur certains points quoi, mais pas de quoi crier au loup comme le fan prépubère d’haut-dessus.

    Bref good job Johan.

    PS: je ne suis sur aucune liste non plus.

  • Jerome

    Je ne comprends pas vraiment le but de cette série d’articles sur les listes BDE. Il ne faut pas oublier le travail que nécessite une telle campagne de promo, chaque liste se donne à fond depuis plusieurs semaines pour cette élection et mérite donc un minimum de respect. Vous auriez pu – comme je l’ai lu dans un commentaire sur l’article consacré à MAO – « tailler un costard » à chaque liste comme l’an dernier en adoptant clairement le second degré, ceci étant la manière la plus simple de rester objectif. Ou bien essayer de mettre en avant les points positifs de chaque liste, l’article où il y en aurait le plus montrant ainsi plus subtilement la préférence de la rédaction (je ne critique pas ce point! Adopter une vision totalement objective est loin d’être simple). Au lieu de ça, après quelques piques bêtes et méchantes déjà présentes dans l’article sur MAO ( cf. Antoine Pluche notamment), nous avons le droit cette fois-ci à un enchainement de critiques encore une fois plus ou moins justifiées.

    Personnellement je compte voter pour MAO, mais je reconnais que Connecting Pipo a fait une bonne campagne et et ne mérite pas un tel déluge de méchanceté.

  • Vic

    Le problème n’est pas que l’article soit très critique envers la liste. Le problème vient du fait que les 2 articles ont été écrit par deux journalistes différents, qui n’ont clairement pas la ligne de conduite. Du coup Connecting Pipo est clairement désavantagé par cette divergence.

  • Matthieu

    Déchainement de haine gratuit et inutile.
    Moi qui n’ai pour l’instant suivi cette campagne que de loin, j’y ai vu une liste en orange sympathique, qui va vers les gens contrairement aux deux autres équipes qui me paraissent pédantes et bien éloignées de la majorité des élèves de notre école. Alors voilà, je voterai Connecting Pipo malgré les inepties de ces ganaches de la Péniche qui feraient mieux de s’acheter une plume et de donner dans un autre registre que la critique facile et arbitraire.

    Matthieu

  • xxx

    Article mal écrit (le journalisme ne se résume pas à alterner de la narration insipide et cynique et des citations entre guillemets) , bête et méchant. C’est gratuit et peu justifié: oui, certains membre de la liste sont dans des associations, mais ce n’est en rien un problème, au contraire, ils sont à même de pouvoir prendre des initiatives. De plus, tu compares leur campagne à celle des deux autres listes, et leurs événements ont été très similaires, l’apéro Basile de la WAF aura lieu lundi pour la Connecting (vérifie tes sources, ça c’est du journalisme), le concours de Sumo ou le déguisement de Panda ont été plus qu’égalés par les pousse-pousses, le coulis de chocolat, le concours de Guitar Héro en Amphi…
    Pour ne rien arranger, ces article qui arrive juste après celui sur la MAO (qui fut très élogieux, et le méritait), fait tache sur la campagne, bien que ce ne soit pas justifié. C’est peu fairplay et mesquin.
    PS/ Je ne suis pas dans la liste Connecting Pipo.

  • Tristan Royer-Borromée

    Je tiens simplement à dire qu’il me parait très réducteur de nous qualifier de « bande de potes ». Premièrement, tous les membres de la listes n’étaient pas du tout amis au moment de sa création.

    De plus, le fait que nous renvoyions l’image d’un groupe qui s’entend très bien et dont les membres sont très proches les uns des autres me parait être quelque chose de tout à fait positif, sachant que cela nous apporte un esprit d’équipe, une réelle cohésion, et un désir de travailler ensemble, ce qui est évidemment primordial au sein d’un BDE.

    Si nous sommes tous devenus très amis lors de la formation de cette équipe et la préparation de la campagne, je ne pense pas que nous soyons le groupe fermé et hermétique que l’appellation « bande de potes autour d’un groupe déja constitué » semble sous entendre.

    Les autres listes qui se considèrent comme étant tout sauf une « bande de potes » ont elles la même cohésion, indispensable à la réalisation d’un projet si ambitieux qui produit nécessairement des divergences entre ses membres?
    Cela me parait pourtant être l’une des principales qualités nécessaires à une liste candidate à coordonner la vie étudiante d’une école comme Sciences Po pendant un an.

  • méfiance

    une liste de 1A en somme…. être obligé de spammer à plusieurs reprises toute la promo 3A pour composer une équipe, ça ne m’inspire pas confiance…

Répondre à Charles Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.