A la une,  Actualités,  Vie des associations,  Vie du campus,  Vie politique étudiante

Après Make it work, le projet de transition écologique de Sciences Po ignore les partenariats fossiles

DÉCRYPTAGE. C’est un document que la mobilisation étudiante pour le climat attendait depuis longtemps. Un an après les débuts du mouvement et la médiatisation du programme de Sciences Po « Make It Work », l’heure de la transformation a sonné. Objectif : dessiner une feuille de route concrète pour la transition écologique à Sciences Po pour les 3 prochaines années. Les espoirs d’une évolution concrète de la politique environnementale de Sciences Po sont-ils permis ?

En 2019, sous l’impulsion de Frédéric Mion, Sciences Po annonce un ensemble d’initiatives pour le climat sous le nom de « Climate Action : Make It Work ». Une démarche qui s’oriente autour de trois axes, à savoir l’organisation d’événements pour sensibiliser les communautés de Sciences Po ; la consultation Make It Work en novembre 2019, qui pendant 11 jours avait demandé aux élèves, enseignants, chercheurs et salariés de donner leurs idées pour un campus durable, et qui avait déjà laissé les représentants étudiants plutôt sceptiques ; et enfin, l’évaluation des enseignements, par l’intermédiaire d’un comité piloté par Bruno Latour qui doit recenser les cours et les recherches sur la transition écologique et présenter dans un rapport les résultats de ces travaux.

Le premier bilan de ces initiatives se matérialise donc par l’ébauche d’un plan d’action de Sciences Po visant un campus durable. Rendu public par Solidaires Étudiant-e-s Sciences Po hier, le document de 15 pages sera présenté dans les instances de direction la semaine prochaine. Nous rappelons ici que ce document, s’il est effectivement authentique, n’est pas encore formellement approuvé par les instances de Sciences Po, tout comme le rapport du comité Latour consacré aux transformations pédagogiques. Il peut donc faire l’objet de modifications à la suite de sa présentation en conseil.


Le document, désormais en libre accès après sa fuite sur le site de Solidaires, pose dès sa première page que la mobilisation de Sciences Po pour le climat « en va de [sa] responsabilité en tant qu’institution, en tant que lieu de production des connaissances, et surtout en tant que lieu de formation ». Un sentiment partagé par beaucoup, qui s’inscrit dans une démarche volontariste en faveur de la communauté étudiante : « c’est avec et pour nos étudiants que nous prenons aujourd’hui ces engagements ».

Le plan d’action, en deux parties, liste d’abord 10 objectifs « pour un campus durable ». Basés sur la réduction de l’empreinte carbone, de la production de déchets et de la consommation, ces orientations suivent comme méthode la réalisation de bilans fondés sur des indicateurs de surveillance puis une concrétisation en engagements concret, non chiffrés dans le document.

Ces engagement s’appuient en partie sur les résultats de la consultation Make It Work de novembre dernier. Les engagements tirés des propositions de la plateforme sont mis en avant par une vignette afin de mieux les repérer. Ces derniers regroupent 50,65% des votes de la consultation, il est donc possible d’affirmer qu’une (courte) majorité des votes de la consultation a été prise en compte. L’ensemble des thèmes de la consultation sont abordés, à l’exception du troisième, consacré aux « prestataires, fournisseurs et partenaires ».

La seconde partie du document appelle à l’institutionnalisation d’un comité de pilotage, afin de s’assurer de la bonne mise en œuvre de ces engagements durant 3 ans. Il n’apporte toutefois pas de précision sur la composition de ce comité, et en particulier la présence – ou non – des associations étudiantes représentatives ou environnementales.

Le document produit également quelques statistiques concernant la participation de la consultation. Le taux de participation s’élève seulement à 2,7%, mais s’avère être très inégal selon la catégorie : si 4,4% des salariés ont répondu, seul 0,3% de la communauté scientifique de Sciences Po a participé.


La prise en compte de la majorité des votes issus de la consultation Make It Work sera-t-elle suffisante pour satisfaire la demande des associations environnementales ? Beaucoup d’engagements du plan d’action sont également présents dans les principales propositions du livre vert de Sciences Po Environnement, publié en juin 2019.

Malgré la diversité des engagements proposés dans le plan d’action, Solidaires Étudiant-e-s, à l’origine de la fuite, soulève ce qui est pour eux le point noir du document : les objectifs et les engagements n’évoquent pas l’une des demandes les plus plébiscitées, à savoir la fin des partenariats avec les industries fossiles. Sur les cinq propositions ayant recueillies plus de 200 votes, seule la proposition visant à cesser les partenariats avec des entreprises comme Total n’est pas mentionnée dans les engagements pris par Sciences Po. Cette dernière, regroupant 408 votes, est pourtant la troisième proposition la plus votée de la consultation.

Plusieurs associations étudiantes avaient déjà pris position sur le désengagement des industries fossiles à Sciences Po. En tête de mobilisation, l’association Sciences Po Zéro Fossile, soutenue par une majorité des associations représentatives étudiantes, dont l’UNEF Sciences Po et Solidaires Étudiant-e-s Sciences Po. La revendication est d’ailleurs devenue avec le temps la corde sensible de l’engagement étudiant en faveur de l’environnement. Le mutisme du document à propos d’une telle revendication pourrait s’apparenter aux yeux de ces associations comme un éventuel déni de démocratie.


Tout comme le rapport du comité Latour, ce document sera présenté lors du prochain conseil de l’Institut mardi prochain, le 11 février. La direction sera alors amenée à prendre publiquement position sur ces propositions, après une discussion avec les membres du conseil, où siègent les 4 organisations étudiantes représentatives. Nul doute que la journée de mardi sera décisive pour la transition écologique engagée à Sciences Po.


Crédit image : Par peco — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=752944

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.