Le Mag',  Musique

LE MAG – Fini les boutades, on passe à Joke

Le rap c’était mieux maintenant..

« Mais de toutes façons en rap français y’a plus rien maintenant», « Gros, Triptik, lAM, les X-men.. C’était tellement mieux » ou encore « Ah ouais tu trouves que La Fouine et Booba c’est bien? C’est ça? ». Aujourd’hui, lorsqu’une discussion s’attarde aux détours de l’actualité du rap français, c’est très souvent avec ce genre de banalité qu’elle avorte avant même d’avoir pu dériver sur un bon vieux « Mais le rap ça reste un truc de cités, de négrito quoi, n’est-ce pas Jean-Didier? ». Sa mère la pute… N’en déplaise aux puristes du samedi soir et autres bitchies fragilisés à la simple écoute du langage incestueux de certains rapeurs, le rap céfran est aujourd’hui plus que vivant et recèle de nombreux artistes aussi talentueux qu’encore méconnus du grand public. C’est dans le plus grand calme que nous débuterons notre épopée lyricale à Montpellier (MTP pour tout négro confirmé) puisque c’est dans ce climat du Sud (tropical pour tout parisien confirmé) que Joke, le rapeur que nous vous présentons cette semaine, a grandi.

C’est qui wesh?

Flow nonchalant, lyrics aussi insolents qu’imagés, Jokeezy se démarque à première vue par son assurance et un je-men-bats-les-couillisme assez bien dosé. Cependant, la plus grosse erreur serait de s’arrêter à certains sons bourrins et à un charisme au final assez facile à mettre en scène quand on sait s’entourer d’un bon manager et d’une équipe efficace. Non, les qualités du rapeur montpelliérain résident dans d’autres aspects de sa musique. Joke a su montrer à maintes reprises son goût très sûr dans la sélection des prods sur lesquelles il pose. Ces choix dans les beats, mêlés à un timbre de voix particulier sont à l’origine d’atmosphères très originales, parfois feutrées et douces comme Niamtougou et Paris, deux tracks extraites d’Ateyaba son premier album, sinon planantes comme Harajuku étant, elle, issue de la mixtape intitulée Tokyo 2), ou encore très furtives à l’instar de gotham 3).

Ah mais il est toujours énervé le garçon?

Souvent très cru, trop pour certaines âmes fragiles, Joke a su prendre une certaine avance dans le rap jeu au cours de ces derniers mois, s’illustrant régulièrement dans des sons dits « lourds » comme les titres Majeur en l’air ou encore On est sur les nerfs. Cependant les 4 mixtapes (PPA, PPA 1.5, Kyoto et Tokyo) ayant précédé la sortie en juin dernier de son premier album, sont elles truffées de très bonnes surprises autant du point de vue de la qualité de la langue, que des prods et thèmes des morceaux. Nous faisons par exemple référence à sa réappropriation  de Bonnie and Clyde 4) (version rap bien sûr) aussi inattendue que réussie, découverte sur Kyoto. Bref Joke est un jeune insolent qui n’a pas fini de nous inonder de ses freestyles, ambiances et autres injures savamment élaborées. L’avenir semble sourire à un certain négro dans le secteur..

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.